Un peu d’histoire… Il était une fois, les soirs de fête au Chalet

Pendant l’été, retrouvez quelques histoires qui ont marqué le quartier de la Robertsau.

Il était une fois un terrain au fin fond de la Robertsau au lieu dit “Fuchs am Buckel” qui appartenait à Jules Seegmuller, restaurateur-rôtisseur à Strasbourg.

En 1953, celui-ci souhaite y construire une baraque provisoire en bois devant servir de poulailler pour une centaine de poules. En 1956, sera construit un chalet de démonstration et de dégustation des volailles, puis un séchoir à grains pour poulets.

Le débit de boisson-rôtisserie sera repris en 1962 par le jeune Jean-Claude Helmer qui, durant 48 ans, réalisera des agrandissements successifs : petit à petit, le complexe nocturne s’étend avec deux pistes de dance, plusieurs bars, trois restaurants…
Le Dancing “Le Chalet” fut l’établissement français de ce type qui reçut le plus de récompenses, a été la discothèque la plus fréquentée de Strasbourg pendant de longues années et renommée dans tout le grand est.

Plus d’une centaine d’émissions télévisées y furent tournées, notamment les enregistrements de “Pour le plaisir” animés par Christian Daniel. Les vedettes défilent : parmi de nombreuses autres, Adamo, Sacha Distel, Céline Dion, les Platters et des artistes locaux célèbres comme Cookie Dingler, Raft y ont fait le show pour la télévision.

Parmi les dizaines d’artistes ayant chanté au Chalet, Bill Haley, Genesis, Peter Gabriel, Marc Lavoine, Mylène Farmer, Patricia Kaas … Pour l’anecdote, un des illustres clients fut en 1965, le sergent Smet (Johnny Hallyday) qui arrivait d’Offenburg avec sa Porsche.

Nombre de rencontres parmi les clients ont eu lieu lors de ces fameuses soirées au Chalet. Des générations de jeunes et moins jeunes y ont dansé et flirté. Jusqu’à cette dernière soirée du 27 septembre 2010 : l’heure de la retraite de JC Helmer avait sonné.

Une vente aux enchères volontaire du mobilier a eu lieu quelques semaines plus tard le 13 novembre. Une opération immobilière d’un ensemble de 6 immeubles s’est construite sur l’emprise de la discothèque et des restaurants.


Sources : DNA J.-J. Blaesius 24/09/2010 et http://les-nostalgiques-du-chalet.over-blog.com/

Rédaction : Marie-Laure Beaujean (A la Hune n°44 décembre – janvier 2014)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils