Un peu d’histoire… Im Lauch, Le quartier des poireaux

Pendant l’été, retrouvez quelques histoires qui ont marqué le quartier de la Robertsau.

Il était un temps où les maraîchers étaient de ces « jardiniers qui font spécialement la culture des légumes, ceux qui dans les grandes villes s’attachent à la culture des plantes potagères et cela dans les lieux les plus bas et les plus humides, ce qui a fait donner à leurs jardins le nom de marais ».

Le dictionnaire de l’époque nous plonge dans le souvenir des activités maraîchères qui ont fait la réputation de notre quartier. Les jardiniers pratiquaient le maraîchage, mais aussi la culture de céréales et l’élevage de bétail. Ils cultivent une grande variété de légumes : poireaux, fenouil, anis, lentilles, épinards, pois, vesces, pavots, cumin, carottes, concombres, fèves, ail, navettes, choux, coriandre, oignons … Le ravitaillement des strasbourgeois est assuré sur les marchés de la ville.

Fin XVIIème, l’urbanisation pousse un grand nombre à s’installer hors des fortifications, sur les terrains humides et alluvionnaires au nord de la ville, à la Robertsau.

Le quartier sera surnommé en alsacien « De Leuch », autrement dit le « quartier des poireaux », et ses habitants deviendront des « plants de poireaux » d’Leuchsetzli.

La confrérie Saint-Fiacre est créée officiellement en 1753 afin de pratiquer l’entraide entre jardiniers, honorer les collègues défunts et vénérer leur saint patron. Le culte à lieu à la paroisse Saint-Louis depuis 1867.

En 1927 étaient installés 130 maraîchers qui employaient près de 200 personnes et exploitaient près de 220 hectares de terre.

Mais la stagnation des prix, ou bien les héritages entre plusieurs membres de la famille, ou encore la vente des terres pour une conversion en terrains à bâtir, ont eu raison de la plupart des exploitations.


Source : AVCUS

Rédaction : Marie-Laure Beaujean (A la Hune n°24 septembre 2010)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils