A la Hune – La forêt de la Robertsau

Depuis le 27 juillet dernier, par décret, la forêt de la Robertsau est désormais classée réserve naturelle nationale. Une décision attendue depuis des décennies par beaucoup, et pour cause…

La forêt de la Robertsau n’est pas qu’une simple forêt : riche d’une faune et d’une flore exceptionnelles, elle abrite 493 hectares d’essences d’arbres, ou encore de lianes qui lui donnent parfois l’allure d’une forêt vierge. Son apparence actuelle, elle la doit au Rhin et à ses crues, la forêt rhénane ayant été régulièrement inondée par le fleuve. Elle est irriguée par plusieurs cours d’eau, et on dénombre cinq étangs : les étangs du Thalerkopf, du Karpfenloch, du Rohrkopf, du Blauelsand et du Leutesheim.
Autrefois utile pour le bois, les champignons, la pêche, la chasse, la forêt de la Robertsau est devenue plus que propice aux activités pédestres : elle est traversée par plusieurs sentiers balisés, des itinéraires pour les cavaliers, ou encore un parcours de santé.

La petite histoire raconte que les jeunes filles célibataires et âgées de 25 ans se rendaient sur le sentier des Catherinettes à la conquête d’un tendre compagon …
Mais ce qui fonde la singularité de la forêt de la Robertsau, ce sont les trésors qu’elle abrite. Au sud-ouest de la forêt, on retrouve le château du Pourtalès, construit en 1750, et son parc. Un espace bucolique, à quelques dizaines de mètres de la ferme Bussière. En remontant vers le nord, on tombe nez à nez avec l’ouvrage Neuf-Empert (années 1880) et à l’est le fort Ney (années 1870), vestiges historiques qui faisaient partie de la ceinture de fortifications édifiée lors de l’annexion de l’Alsace-Lorraine. Témoins de la deuxième guerre mondiale, les blockhaus de la ligne Maginot qui longent en partie la digue.

Au nord-est, on retrouve en bordure du Rhin la station d’épuration de Strasbourg-La Wantzenau, et au sud-est, le Port aux Pétroles.

Quittons-nous sur la forêt, théâtre de l’Histoire : dans la nuit du 24 au 25 juillet 1944, en plein conflit planétaire, un bombardier britannique, l’Avro Lancaster, est abattu lors du retour d’une mission sur Stuttgart et s’écrase au milieu de la forêt. À son bord, sept membres d’équipages qui trouvent la mort. Ils sont aujourd’hui enterrés au cimetière militaire de Cronenbourg.
Bonne promenade !

Marie-Laure Beaujean, Bénévole

A lire dans le Journal à la Hune n°82 d’octobre – novembre 2020 : A La Hune octobre-novembre 2020


 

L’Escale – 78 rue du Docteur François 67000 Strasbourg

Renseignements par téléphone au 03 88 31 45 00 ou par mail escale@csc-robertsau.com

Suivez-nous sur Facebook : www.facebook.com/csc.escale

Suivez-nous sur Instagram : www.instagram.com/csc.escale

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller au contenu principal