A la Hune – Réaji, c’est quoi ?

Réaji est une expérimentation en partenariat avec la Mission Locale. L’objectif est d’accompagner les jeunes dans leurs projets professionnels, les aider à trouver une formation ou un emploi. Avant tout chose, nous discutons avec eux, afin de connaître leurs souhaits et les métiers qui correspondent au mieux à leur envies, à leurs personnalité. Puis dans[…]

A la Hune – Flash back… les vacances de l’ALSH

… (sans prétention) sur les vacances du mois de juillet dernier à l’ALSH. Au mitan du mois de mars dernier, tout s’est arrêté en quelques minutes. J’ai eu la sensation que nous vivions dans un film de science-fiction, une mauvaise série B. Il n’était néanmoins pas imaginable que le centre soit fermé tout l’été. C’est[…]

A la Hune – Séjour VACAF 2020 : de l’Ill à la Méditerranée…

C’est parti, en vacances… Cette année, on monte dans un bus digne d’une équipe de footballeurs pros, nous avons été gâtés par le transporteur ! 30 personnes en tout : 7 familles, dont 4 couples, 3 mamans solos, 17 enfants, 2 Référentes Familles de l’Escale (dont 1 famille en AVF qui nous rejoint sur place[…]

A La Hune n°82 d’octobre – novembre 2020

Le dernier numéro du journal A La Hune n°82, d’octobre – novembre 2020 vient de paraître. Vous pouvez le consulter ici au format pdf : A La Hune octobre-novembre 2020 Editorial : Depuis le 14 septembre les activités ont repris à l’Escale mais bien loin de la gaieté des autres années. Tous les protocoles de[…]

Un peu d’histoire… La Petite Orangerie

Ce parc avait été inauguré il y a 50 ans par les élus dont le maire Pflimlin et le sénateur Wach qui résidait à la Robertsau… Dans cette première configuration en 1967, une placette avait été installée pour permettre des représentations et spectacles des associations. Mais ce jardin public, appelé autrefois «s’Guetel», fut longtemps non[…]

Un peu d’histoire… On n’est pas sorti de l’auberge !

La Ville de Strasbourg fut de tous temps entourée de remparts, de murs d’enceinte. Au-delà, les plaines devaient permettre de voir un ennemi s’approcher. Les citadins partaient s’aérer dans cette campagne aux portes de la Ville. Ces sorties permettaient également de prendre un bon repas dans les nombreuses auberges aux alentours. Pour l’anecdote, le prédicateur[…]

Un peu d’histoire… et la lumière fût…

A l’emplacement de la cité universitaire installée au début de la route de la Wantzenau, s’élevait autrefois une fabrique de bougies… L’apparition de la stéarine, un corps gras issu de la graisse animale, entrant dans la composition des bougies jusque-là fabriquées à base de cire ou de suif, a poussé chercheurs et chimistes, a en[…]

Un peu d’histoire… Le 58 rue Boecklin

Deux bureaux de poste, l’un rue de l’Ill et l’autre rue Boecklin offrent leurs services à la Robertsau. Anciennement dénommée « Kaiserliches Postamt », la Poste était autrefois installée 38 rue Boecklin (l’immeuble d’origine n’existe plus), puis dans les an-nées 30 en face du collège au numéro 98 (actuellement s’y trouvent des assurances). La Poste[…]

Il était une fois… la clinique Sainte Anne

Nombre d’entre nous sont nés à la maternité de la Robertsau… Construite sur une belle propriété du XVIIIe siècle de deux hectares, la clinique Sain-te Anne fut un institut d’accouchement modèle lors de sa création en 1927. Le domaine appartint au 19è siècle au Général Eugène Louis Joseph Reibell (certains appellent encore cette « campagne[…]

Un peu d’histoire… Il était une fois… la médiathèque de la Robertsau

Un petit bain avant de plonger … le nez dans un bouquin ? Le bâtiment qui abrite aujourd’hui la médiathèque de la Robertsau, fut construit en 1930 par l’architecte Dopff, pour équiper le nord de Strasbourg d’un bain populaire comme il en existait dans d’autres quartiers (Neudorf et Koenigshoffen). Le côté gauche de l’édifice était[…]

Un peu d’histoire… Il était une fois… le collège Boecklin

Le 14 juillet 1897, le conseil municipal de Strasbourg, ville allemande depuis 1871, acte le projet de construction d’un nouveau bâtiment d’école dans le but de réunir l’ensemble des écoles de la Robertsau, disséminées dans plusieurs petits locaux dans le quartier, devenus insuffisants alors que la population augmente. Le 30 mai 1900, le conseil municipal[…]

Aller au contenu principal