Un peu d’histoire… Victor Schoelcher et l’abolition de l’esclavage

Pendant l’été, retrouvez quelques histoires qui ont marqué le quartier de la Robertsau et de la région.

Victor Schoelcher, né le 22 juillet 1804 à Paris, est d’origine alsacienne : son père Marc est né en 1766 à Fessenheim dans le Haut-Rhin (commune d’ailleurs jumelée à la ville de Schoelcher en Martinique).

Victor a 26 ans lorsqu’il prospecte le marché américain pour l’entreprise paternelle de porcelaine très réputée. Témoin de la réalité de l’esclavage, il n’aura de cesse d’oeuvrer pour son abolition. Il parcourt également le Mexique, les Antilles, le Proche Orient, l’Afrique, l’Europe. Il s’intéresse davantage aux voyages, à l’écriture, à la lecture et à la musique qu’aux affaires commerciales.

Après avoir été journaliste et critique d’art, il part pour des missions d’étude de l’esclavage (Caraïbes, Egypte, Sénégal…). Alors qu’il est devenu sous-secrétaire d’Etat aux Colonies, il fera adopter le fameux décret d’abolition de l’esclavage sur toutes les terres françaises le 27 avril 1848, rendant la liberté à 260 000 esclaves. La même année, Victor Schoelcher est élu représentant du peuple de la Martinique et de la Guadeloupe.

En 1852, ses idées républicaines l’obligent à s’exiler en Angleterre comme Victor Hugo avec qui il se lie d ‘amitié, revient en France en 1870 après la chute de Napoléon III. A nouveau élu député puis sénateur, il défendait ses autres idées : la suppression de la peine de mort, que l’Etat se charge de l’éducation des enfants, que les femmes aient une meilleure position dans la société.

Il est l’auteur de nombreuses publications : littéraires, artistiques, politiques, humanistes. Célibataire et sans enfants, il donna tout ce qu’il possédait. Il finira ses jours à Houilles dans les Yvelines où il décède le 25 décembre 1893. Inhumé au cimetière du père Lachaise, ses cendres ont été transférées au Panthéon en 1949.


Rédaction : Marie-Laure Beaujean (A la Hune n°18 avril – mai 2009)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller au contenu principal
Aller à la barre d’outils